Mon Amour Pour Ronan Keating
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Mon Amour Pour Ronan Keating - Le Forum
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
0.48 €

 

 Marion COTILLARD

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
@nnie
Modératrice
Modératrice
@nnie

Féminin
Nombre de messages : 14461
Age : 40
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 01/07/2004

Marion COTILLARD - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Marion COTILLARD   Marion COTILLARD - Page 4 EmptyMer 21 Avr - 20:43

"ANNETTE", le prochain Leos Carax



https://youtu.be/sf4gJl6Uq5U




Annette» de Leos Carax : comment les Sparks ont fait chanter Marion Cotillard
Les frères Mael, qui forment le duo pop Sparks, ont signé la musique et l’histoire
du nouveau film de Leos Carax, «Annette», qui fera ce mardi l’ouverture
du 74e festival de Cannes, avec Marion Cotillard et Adam Driver dans les rôles principaux.
Rencontre avec deux musiciens américains aussi cinéphiles que francophiles.
« Annette » va faire l’ouverture et l’événement au 74e Festival de Cannes, mardi 6 juillet.
Le nouveau Leos Carax va aussi révéler au grand public un duo américain cultissime, Sparks.
Les frères Mael, Russell, 72 ans, le chanteur extraverti, et Ron, le clavier moustachu stoïque, 75 ans,
ont non seulement signé la décoiffante musique du film, entre pop, rock et baroque, mais aussi l
’histoire de cette comédie musicale atypique, sombre et étrange, plus proche de « Phantom
Of The Paradise » que de « La La Land ».
Nous avons rencontré à Paris ces gentlemen californiens à l’excentricité et l’élégance toutes
britanniques à l’occasion de la sortie de la bande originale du film, ce vendredi, et d’un passionnant documentaire



LEOS CARAX

Huit ans après le stupéfiant "Holy Motors", avec Denis Lavant et Eva Mendes,
celui qui se faisait surnommé "l'enfant maudit du cinéma français" à ses
débuts revient avec un sixième long-métrage extrêmement attendu.
Après plusieurs années à en entendre parler sans concrétisation,
du projet de Leos Carax

qui  finalisait son casting en mai dernier. L'actrice française, adulée par
le tout Hollywood, a évoqué cette ambitieuse création: "Tourner avec un
cinéaste aussi particulier, singulier et créatif lui donne le sentiment d'être partie
prenante d'une oeuvre d'art. C'était une aventure unique, j'ai fait des choses
sur ce film que je n'avais jamais faites et que je ne referai sûrement jamais.
Il a une vision du monde et une manière de faire du cinéma qui
n'appartiennent qu'à lui.
Avec lui, on est à chaque instant porté par une intensité et une exigence
qui poussent à se dépasser

Dans "Annette", Marion Cotillard incarne la chanteuse d'opéra de "ce film
entièrement chanté". À contrario du biopic "La Môme" (2007) d'Olivier Dahan,
où la voix d'Edith Piaf était reprise, la comédienne a dû réellement donner
de la voix et n'a eu que "deux mois de préparation avant le tournage".
Un défi de taille comme elle le relate : "Le caractère unique de cette
comédie musicale est que Leos tenait à ce que toutes les chansons soient chantées
en direct sur le plateau. Nous n'étions donc pas en play-back sur des morceaux
préenregistrés avant le tournage, comme souvent sur ce type de projet.
On se retrouve à chanter dans toutes les situations, y compris des positions
physiques qui ne facilitent aucunement le chant. Pour Leos, le live n'est
pas un pari, simplement une nécessité.
elle a été bouleversée par la fougue de son film "Les Amants du Pont-Neuf"
(1991) qu'elle découvre au commencement de sa carrière,  elle était le
premier choix du réalisateur pour ce rôle :Leos m'avait proposé ce rôle
mais j'étais enceinte, et je ne voulais pas travailler immédiatement après l
'accouchement comme je l'avais fait auparavant, car cela avait été source
de fatigue et d'une certaine forme de frustration.
La date de sortie n'est pas encore établie mais est attendue avec une
grande impatience
Peu d’informations a filtré jusqu'ici sur cette nouvelle réalisation, on sait
uniquement qu'il s'agissait d'une première pour Carax : une comédie musicale
tournée en langue anglaise.
Produit par Amazon Studios, Annette n'a pas encore de date de sortie mais
on espère qu'il sera prévu pour Cannes 2021.
LE FIGARO

https://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-9715013/Adam-Driver-Marion-Cotillard-raise-daughter-strange-powerful-destiny-Annette.html


"Annette", un film de Leos Carax avec Marion Cotillard et Adam Driver.
Sortie le 6 juillet 2021.

C'est officiel, on sait quel film ouvrira la 74e édition du Festival de Cannes,
lancé le 6 juillet : Annette de Leos Carax, un drame musical avec Marion Cotillard
et Adam Driver. La bande-annonce vient d'être dévoilée.

Le Festival de Cannes aura bien lieu : conformément aux souhaits
(et à la détermination) de son directeur, Thierry Frémaux, sa 74e édition s
e déroulera bien du 6 au 17 juillet. Et l'on a appris ce lundi quel serait le film
d'ouverture : Annette, de Leos Carax, avec Marion Cotillard et Adam Driver.

Un long-métrage dont on pensait déja qu'il ferait partie de la sélection du festival
l'année dernière, avant que celui-ci ne soit annulé en raison de la pandémie de Coronavirus.

Il s'agit du sixième long-métrage du réalisateur français, déja présent sur la
Croisette en 2012 avec Holy Motors. Annette sera son premier film en langue
anglaise, et sa toute première comédie musicale. Il raconte l'histoire d'amour
d'un couple formé par un comédien de stand-up (Adam Driver) et une cantatrice
(Marion Cotillard), dont la naissance de la fille, un être mystérieux «au destin
exceptionnel», va bouleverser l'existence.


Annette est né d'une idée originale du duo américain Sparks, formé par les frères
Ron et Mael Russell, qui signent également la bande-originale du film.
La bande-annonce laisse deviner le style flamboyant et théâtral cher à Carax,
où la musique occupe ici une place de premier plan. On y repère également
Simon Helberg, inoubliable Howard Wolovitz dans la série Big Bang Theory,
ainsi que la chanteuse Angèle, qui tient un petit rôle et qu'on aperçoit furtivement
dans la bande-annonce. Reste à savoir si tous se prêteront, le 6 juillet, à la traditionnelle
montée des marches, en fonction de l'évolution des règles sanitaires.




Marion Cotillard et Adam Driver en ouverture du festival de Cannes

Marion Cotillard sera la première star à fouler le tapis rouge
du festival de Cannes, au bras de l’Américain Adam Driver. Ils sont les héros du
sixième film de Leos Carax, « Annette », projeté en ouverture et en compétition.

Le jury de l’édition 2021, qui se déroule du 6 au 17 juillet, est présidé par Spike Lee.


l’histoire de Henry, un comédien de stand-up à l’humour féroce, et d’Ann,
une cantatrice de renommée internationale.  
Une love story
Annette est le prénom d’un bébé de l’amour. Le premier enfant d’un couple d’artistes.
Lui, c’est Henry, un comédien de stand-up à l’humour féroce, incarné par Adam Driver
( Paterson, Star Wars, BlacKkKlansman ). Elle, c’est Ann, une cantatrice
de renommée internationale, star glamour, car c’est Marion Cotillard qui l’incarne.

L’actrice retrouve un rôle proche de celui qu’elle jouait dans La Môme, le biopic
sur Édith Piaf grâce auquel elle a remporté l’Oscar de la meilleure actrice, en 2008.

Le retour de Leos Carax
Le film Annette est le sixième long-métrage du réalisateur français Leos Carax,
mais son premier film en langue anglaise.
Annette sera projeté en ouverture du festival de Cannes et en compétition.
Il sortira simultanément dans les salles de cinéma françaises, le 6 juillet.

Leos Carax remonte les marches de Cannes neuf ans après Holy Motors ,
avec Denis Lavant et Édith Scob, qui figurait déjà en compétition.
Le cinéaste français est un habitué de la Croisette : il était déjà en lice
pour la Palme d’or avec Pola X , en 1999.

Un scénario et une musique des Sparks
Annette est une comédie musicale, composée à 95 % de chansons, et elle
est signée par les frères Mael, le duo du groupe pop californien Sparks.
Ron Mael, 75 ans, l‘auteur-compositeur principal des Sparks, et son
frère Russell, 72 ans, ont travaillé pendant plusieurs années à ce projet,
qui a mis huit ans à aboutir La production a notamment été ralentie par les
engagements de tournage d’Adam Driver dans la saga Star Wars.

Pour le rôle d’Ann, interprété par Marion Cotillard, d’autres stars avaient
été pressenties : Rihanna, Rooney Mara ou encore Michelle Williams.




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Son oscar pour "La môme" auraient pu la figer dans son statut de star.
Mais Marion Cotillard avoue avec enthousiasme continuer
d'apprendre chaque jour.
Dans sa vie d'actrice mais aussi
dans sa vie privée, interrogeant son rapport à la crise sanitaire,
ses choix de femme et ses engagements.

Une actrice éblouissante, un scénario magnétique, une bande
originale décoiffante… et aux manettes, un réalisateur culte dont
chaque opus est attendu avec autant d'impatience que d'excitation.
Pour célébrer nos retrouvailles avec le septième art et mettre enfin
un terme aux hostilités culturelles, il fallait bien une sortie XXL, un
film qui crève l'écran : Annette de Leos Carax, et son casting cinq
étoiles, réunissant une star absolue, Marion Cotillard, et le talent
le plus en vue d'Hollywood, l'irrésistible Adam Driver.

Un couple de cinéma glamour pour incarner ce "drame musical"
en anglais et presque entièrement chanté, qui nous embarque
au cœur de l'histoire d'amour, aussi lumineuse que sombre, entre
deux artistes au sommet de leur gloire : Ann, sublime chanteuse
d'opéra et Henry, comédien de stand-up au charisme féroce.

De la naissance de leur passion à celle de leur fillette Annette,
enfant mystérieuse dont le destin hors du commun va bouleverser
leur vie, ce film construit sur un scénario et une musique des Sparks
marque aussi le retour éclatant du Festival du Cannes, annulé l'an dernier.
En compétition, Annette sera projeté en avant-première mondiale lors
de la soirée d'ouverture de cette 74e édition, en même temps que
sa sortie en salles

Pour renouer avec ses paillettes et ses affiches de haut vol, la Croisette
ne pouvait rêver tapis rouge plus flamboyant.
À quelques semaines de sa montée des marches, rencontre avec
une Marion Cotillard vibrante, tout à la joie de renouer
avec le public, impatiente de fêter le retour du cinéma dans nos vies.


Marie Claire : Avant de tourner avec lui, quelle idée vous faisiez-vous
du cinéma et de la personnalité de Leos Carax, réalisateur culte aux
yeux de beaucoup ?

Marion Cotillard : J'avais vu tous ses films. À l'époque où il tournait
Les amants du Pont-Neuf, j'apprenais le métier. Et je regardais
Juliette Binoche en rêvant. Elle était si incandescente et si engagée
dans ce qu'elle faisait… c'était le genre d'actrice que je voulais être.
Certaines scènes du film m'ont tellement marquée.

Et puis, il y a eu toutes ces rumeurs autour du tournage, la
flamboyance du projet de Carax, et cette question : allait-il réussir à
terminer son film ? Je l'ai toujours considéré comme un très grand artiste.

Cette part de mystère autour de lui me plaît aussi.
Quant à Holy motors,
c'est l'un des plus beaux films que j'ai vus. Être emmenée par un tel metteur
en scène, c'est un voyage profond, unique. C'est un génie, et je pèse mes mots !

Le film est presque exclusivement chanté. Comment avez-vous travaillé ?
Je dois en effet n'avoir qu'une seule réplique "parlée".

De surcroît, mon personnage, Ann, est une grande chanteuse lyrique, arrivée au
sommet, et il y a des passages où elle chante sur scène.
D'où une certaine pression ! Avant d'accepter le film, j'ai ressenti le besoin de voir
un prof de chant, pour savoir s'il me jugeait capable et si je n'allais pas me
lancer dans un truc fou.

Je n'avais pas peur de me casser la gueule, mais je voulais être à la hauteur
de ce que Leos attendait.

Vous avez donc pris des cours pour apprendre le chant lyrique ?
J'ai accepté le film en mai et on tournait en août, il était évident que je n'allais
pas devenir une chanteuse d'opéra en quelques semaines. Mais j'ai fourni tout
de même un gros travail, car la voix d'Ann doit être sublime…
C'est aussi ma voix que l'on entend, car il fallait conserver mon timbre,
mixée bien sûr avec celle d'une chanteuse lyrique.
Ce qui caractérise aussi cette comédie musicale, c'est que Leos ne voulait
que du live.
D'habitude, sur ce genre de films, les chansons sont enregistrées
en studio et les acteurs les chantent en play-back sur le plateau.
Ce live ajoutait de l'anxiété et en même temps c'était très excitant.
Il m'a fallu trouver le savant dosage entre le chant de la cantatrice et
celui des parties jouées et dialoguées.
Savoir transposer toutes les émotions
du personnage en chantant, avec parfois même une certaine pudeur.
C'est un exercice délicat.Acting, ego et besoin de reconnaissance


Que distingue, selon vous, ce personnage d'Ann de ceux,
un peu à la marge que vous avez incarnés ces dernières années ?
On pense à Stéphanie dans De rouille et d'os, Sandra dans Deux jours,
une nuit ou encore à Gabrielle dans Mal de pierres…

Question difficile ! Peut-être son côté sombre derrière une
apparence si lumineuse. Ce personnage d'Ann est d'une
richesse incroyable, il évolue au fil de son histoire d'amour
avec Henry, un comédien de stand-up en pleine gloire lui aussi.
Elle apparaît douce, presque timide, à la fois forte et à
fleur de peau.
On va en apprendre beaucoup sur elle.
De tels rôles sont rares à trouver, et Leos m'a nourrie avec,
par exemple, des interviews de Romy Schneider, pour guider
tel ou tel regard. Il est extrêmement précis dans sa direction d'acteur.


Le film interroge le métier d'artiste, le rapport au public,
le besoin de reconnaissance dans le regard des autres.
Quel écho cela a-t-il trouvé en vous ?

Ce besoin de reconnaissance est une pathologie partagée
par tant d'êtres sur cette planète…
On peut parfois avoir toute la reconnaissance du monde,
cela ne change rien à ce besoin toujours vif d'être reconnu.
Cela raconte quelque chose de l'ego, et c'est ce que j'aime
particulièrement dans ce film : il montre comment cet ego va
nous permettre d'atteindre une forme d'accomplissement et,
en même temps, il a une part sombre qui peut aussi nous éloigner
de nous-mêmes, se transformer en quelque chose de très
destructeur, de monstrueux avec ceux qu'on aime.

Ce besoin de reconnaissance est évidemment fort dans notre métier.
J'y suis confrontée dans ma vie de femme et d'actrice, et j'ai mis
énormément de temps à l'assumer.

Et avez-vous appris à vous en libérer ?
Il m'a fallu du temps pour prendre conscience que ce besoin pathologique
n'est jamais assouvi par une reconnaissance extérieure à soi. On peut avoir
toute la reconnaissance du monde, il y aura toujours quelque chose
qui ne se calme pas si la reconnaissance ne vient pas de soi-même.

Ce film parle aussi de la compétition entre deux personnes qui brillent.
En partageant la vie de Guillaume Canet, vous êtes-vous retrouvée dans cette situation ?

Dans le film, cette compétition fait naître un ressentiment, situation qui
peut exister alors même qu'on aime l'autre plus que tout.

________________________

Ce film parle aussi de la compétition entre deux personnes qui brillent.
En partageant la vie de Guillaume Canet, vous êtes-vous retrouvée dans cette situation ?

Marion COTILLARD - Page 4 B21
Dans le film, cette compétition fait naître un ressentiment, situation qui
peut exister alors même qu'on aime l'autre plus que tout.

Avec Guillaume,heureusement, on échange beaucoup, on parle
de ce qu'on expérimente dans nos métiers.

On est très honnêtes l'un avec l'autre, il n'y a pas la place pour
le ressentiment .

Depuis bientôt 15 ans, Marion Cotillard partage la vie de Guillaume Canet.
Ils sont inséparables mais le mariage pas leur truc.

Dès que quelque chose 'pique', nous échangeons.
C'est vraiment cela le cœur de l'intimité : avancer ensemble

Mais on n'a pas été confrontés non plus à des périodes où l'un aurait
manqué d'une forme de reconnaissance.



En revanche, il m'est arrivé par le passé d'être en couple avec des hommes
qui travaillaient moins que moi, alors qu'on faisait le même métier,
et je ne me rendais pas bien compte à quel point cela pouvait être
douloureux d'être considéré comme la personne "qui accompagne"
celle qui est dans la lumière. Je l'ai compris plus tard.

Depuis, j'essaie de veiller à ce que mon entourage bénéficie
d'autant d'attention que moi quand il est à mes côtés.

Vous entamez ensemble le tournage d'Astérix et Obélix
L'Empire du Milieu, qu'il réalise.
Est-il important, quand on est un couple d'artistes,
d'avoir des projets communs pour éviter de s'éloigner ?

Ma première réaction serait de vous dire que ce n'est pas
forcément important, que notre envie de travailler ensemble
vient comme ça, naturellement.
Mais en y réfléchissant, je me dis que si l'on était complètement
comblés l'un et l'autre en faisant nos films chacun de son côté,
on n'aurait pas ce besoin de travailler ensemble.
Et je me demande quelle réaction j'aurais s'il confiait des rôles
que j'aurais pu jouer à d'autres. Je ne suis pas sûre que je le
vivrais très bien !

J'admire profondément le réalisateur qu'il est, au-delà du fait
que c'est l'homme que j'aime.
Je suis impressionnée par sa façon de raconter des histoires.
Ce métier, c'est aussi une passion et ce serait dommage de ne pas la partager.
Rompre avec ses personnages

Annette est aussi l'histoire d'un drame passionnel, qui évoque
les violences faites aux femmes. Jusqu'à quel point ce thème vous touchait-il ?

J'ai du mal avec cette expression de "drame passionnel",
qui sonne comme une excuse.

Un homme violent reste évidemment un être humain qui se bat contre lui-même
et qui n'arrive pas à trouver le chemin pour résoudre un désastre intérieur.

Mais je ne pense pas que la passion ait vraiment sa place pour expliquer
les violences conjugales.

Vous avez souvent parlé de la grande difficulté que vous aviez eue
à vous séparer du rôle de Piaf dans La môme, tant votre implication
avait été grande. Avez-vous appris à prendre plus de distance avec vos personnages ?

La rencontre avec un rôle reste une histoire d'amour.
Même quand les personnages incarnés sont moins aimables, ou violents,
ou difficiles à comprendre.
Mais cette histoire débouche irrémédiablement sur une rupture. Et heureusement !
Jouer un rôle, c'est partager une relation avec quelqu'un à l'intérieur de soi,
donc forcément cela impacte énormément.

Avec l'expérience, je sais mieux cloisonner
Depuis La môme, j'ai appris cela.
Aujourd'hui, j'ai conscience qu'il y aura rupture et d'une certaine manière, deuil.
Avant, je pensais qu'en professionnelle, mon travail allait s'arrêter quand
le tournage prenait fin.
Mais pas du tout !

Jouer un rôle, c'est partager une relation avec quelqu'un à l'intérieur de soi,
donc forcément cela impacte énormément.

J'ai aussi deux enfants, donc le devoir de le faire.
Ils m'ont d'ailleurs appris, sans le savoir, à faire une
rupture douce mais assez rapide avec mes personnages.

Vous emmenez vos enfants sur vos tournages de temps en temps ?
Ils détestent venir sur mes films.
Avec ma fille, quelque chose m'a marquée.
Elle est venue un jour sur un tournage, elle était dans
mes bras, elle avait 2 ans. Il y a une vibration différente
de soi quand on tourne, même entre les prises, on n'est pas dans
le même état que d'habitude.

Elle m'a posé une question qui m'a d'abord fait rire, puis
qui m'a fortement interrogée : "Elle est où maman ?" m'a-t-elle demandé.

J'ai trouvé cela très révélateur. Et très beau. Les enfants sentent tout
Et ils ont une manière tellement juste, parfois, de nous remettre dans le présent.

Je lui ai expliqué que mon métier, c'était de traverser la vie de
certaines personnes, et qu'en même temps, leurs vies à elles me
traversaient aussi.
Et que c'était certainement pour ça qu'elle me sentait différente sur un tournage.

Y a-t-il des registres de jeu que vous adorez et pour lesquels les réalisateurs
ne pensent pas assez à vous ?

J'adore la comédie mais je n'y excelle pas !
C'est le même métier et en même temps c'est un univers totalement différent,
qui m'attire.
Pour moi, c'est un terrain à risque car, même si c'est cliché de le dire,
c'est beaucoup plus difficile de faire rire que d'émouvoir.

J'ai du travail pour m'améliorer dans ce registre, je n'ai pas
encore envoyé les bons signaux pour qu'on pense à moi.

Mais je sais que ça viendra.
J'aimerais un jour atteindre cette liberté, cette chose mystérieuse
qui fait que, tout en étant sincère, on va trouver son clown.
Je suis fascinée par les actrices qui y parviennent.

À qui pensez-vous ?
À Virginie Efira. Elle est capable de tout jouer, elle m'impressionne
énormément.
Juliette Binoche aussi. Regardez ce qu'elle fait dans Décalage horaire,
alors qu'elle est par ailleurs une grande tragédienne.

Je pense aussi à Isabelle Huppert, Catherine Deneuve,
qui sont très à l'aise et très bonnes dans des comédies…

Je n'ai pas cette facilité-là.
Mon clown intérieur ne surgit pas naturellement. Pour l'instant .


Pandémie et conséquences
À une époque, vous avez beaucoup enchaîné les films, vous aimiez travailler énormément. Cela vous rassurait ?

C'était même une forme de boulimie ! Ma vie d'actrice était à un tournant,
des réalisateurs merveilleux me proposaient des rôles. C'était difficile de choisir,
j'avais envie de tout faire. Mais mon fils est arrivé, j'ai tourné quatre ou
cinq films lors de sa première année, tout ça en le nourrissant, c'était fou quand
j'y repense.
Ça a créé de la douleur chez moi, une sorte de séparation interne que
je n'ai pas eu envie de revivre.

J'ai rencontré Leos Carax pour Annette quand j'étais enceinte de ma cadette.
Ses dates de tournage coïncidaient avec les premiers mois de ma fille,
j'ai tout de suite dit non. La vie a bien fait les choses : deux ans plus tard,
il n'avait pas encore tourné son film, et j'ai pu revenir dans le projet.

Aujourd'hui, j'enchaîne beaucoup moins les tournages, mais je travaille
toujours énormément mes rôles.

Comment avez-vous vécu ces moments de pause forcée imposés par les confinements ?
J'ai vécu le premier confinement comme un soulagement de voir le
monde entier s'arrêter en même temps. J'ai trouvé cette sensation fortement agréable.

Cela a aussi laissé du temps à l'introspection, difficile d'habitude à cause
d'un rythme effréné.

Quand on se pose, il n'y a pas toujours que du soulagement, il y a
aussi ces interrogations : quelle est ta vie ? Qu'est-ce que tu en fais ?
J'accueille ces moments comme une expérience, même si elle est parfois déstabilisante.

Je vois toujours le verre à moitié plein, et je trouve dans les périodes plus
complexes de la vie une étape qui m'amène à apprendre des choses sur moi
et sur les autres.

Maintenant si vous me demandez comment je vis aujourd'hui cette pandémie,
je ressens tout de même une grande tristesse.

J'ai envie de voir les gens démasqués, envie qu'on puisse se toucher
les uns les autres. Je n'en peux plus !

Je suis quelqu'un de très positif et malgré ça, quand je vois que le
contexte peut me pousser à avoir de grands moments de déprime,
je trouve ça vertigineux.
Ma fille vient de commencer l'école, en première année de maternelle elle ne voit que des gens masqués. Cela me terrifie.

La pandémie a-t-elle accéléré votre envie de quitter Paris ?
J'avais déjà quitté Paris avant. Je n'ai pas voulu fuir, j'aime cette ville et
son énergie, j'y suis née et je me sens profondément parisienne.

Même si je rêve qu'on transforme les villes, et que le réseau énergétique
y soit plus vertueux… Je ne voulais pas partir, mais ça s'est trouvé comme ça.
On a trouvé un endroit dont on est tombé amoureux et donc on a bougé.

La crise que nous traversons avec le Covid vous a-t-elle fait franchir
un cap supplémentaire dans vos convictions écologiques ? Est-ce une nouvelle étape ?


Non, parce que cette partie de ma vie a toujours été en évolution.
J'ai toujours fait en sorte de m'améliorer.

Et je continue à apprendre,
à faire bouger mes comportements au quotidien, à être inspirée
par des gens qui ont opté pour des changements radicaux.

Certains achètent un terrain pour y construire leur maison en bois,
ils produisent leur énergie.
Je trouve ça admirable. Je ne me vois pas opérer dans ma vie un changement
aussi radical mais je célèbre ceux qui le font.

Comment continuez-vous, justement, de traduire vos engagements au quotidien ?
Pour résumer, je veux être consciente de l'impact que j'ai en tant que
consommatrice.
À tous les niveaux. Et plus je me connecte à moi-même,
plus je me sens connectée à une merveilleuse humanité.
Cela me fait grandir en tant que femme, et le sentiment d'un lien profond
avec d'autres influe forcément sur ma façon de vivre et de consommer.

Vous pourriez envisager de lâcher un jour votre carrière pour défendre
à plein temps vos convictions, à la manière d'une Audrey Hepburn ?

J'aurais toujours besoin d'être créative, je n'arriverais pas à consacrer toute
ma vie à un combat. Il me manquerait quelque chose.

Mais on peut aujourd'hui inventer de nouvelles formes de narration tout
en défendant des causes fortes. Il y a plein de manières de le faire.
Je pense au travail de Cyril Dion, par exemple.
De mon côté, j'ai coproduit un documentaire réalisé par Flore Vasseur,
Bigger than us [documentaire sur de jeunes activistes et leur combat pour
protéger l'environnement, la liberté d'expression, l'accès à l'éducation… ndlr].
Pour moi, c'est une façon de participer à une création, tout en partageant
ce qui m'inspire profondément dans la vie.












Marion COTILLARD - Page 4 Kkcapt10


Marion Cotillard, la" môme verte " Française
Engagée sur tous les terrains liés à l’écologie, celle qui fut une Piaf inoubliable -
(la vie en rose)
est l’égérie à la fois de Chanel et de Greenpeace.
Un grand écart pour l'actrice française Marion Cotillard, 44 ans, qui,
sans un téléphone impromptu
de Tim Burton, un jour de 2003, serait peut-être
devenue militante à temps plein.

Comme un symbole, Marion Cotillard figure dans le film le plus téléchargé du
monde pendant la période du Covid-19: l’atrocement anxiogène «Contagion»,
de Steven Soderbergh, long métrage prémonitoire de 2011 qui conte la progression
d’un virus mortel venu de Hongkong.
C’est bien ELLE en médecin inquiète, «La Môme»,
la petite fiancée de la France, la deuxième femme la plus aimée de
l’Hexagone derrière Sophie Marceau.

Contagion, Marion la rime est riche car cette Parisienne, fille d’un couple d’artistes,
s’affiche depuis toujours sur les fronts de la contestation sociale et écologique,
le poing levé.

Au hasard des causes qu’elle vient de défendre, on l’a vue en mai converser
en direct avec
le personnel soignant et l’encourager, en compagnie de Guillaume Canet,
son compagnon depuis 2007.

Au même instant, elle s’est engagée dans le collectif de 200 artistes et
scientifiques réuni par Juliette Binoche pour refuser un retour à la
normale après le Covid-19.

Le consumérisme nous a conduits à nier la vie en elle-même :
celle des végétaux, celle des animaux et celle d’un grand nombre d’humains.
La pollution, le réchauffement et la destruction des espaces naturels
mènent le monde à un point de rupture.
Pour ces raisons, jointes aux inégalités sociales toujours croissantes,
il nous semble inenvisageable de « revenir à la normale ».


En juin, elle a accompagné le mouvement Black Out Tuesday, formé
après la mort de George Floyd.

En ce dimanche 28 mars, elle avait relayé auprès de ses abonnés les informations
au sujet de la grande marche pour le climat. "Il y a plus de 170 marches déclarées
en France retrouvez celle près de chez vous", indiquait-elle.
Non seulement l'actrice est un relais fort pour ces questions politiques et sociétales,
mais elle sait également donner de son temps et de son énergie.

En tête de cortège
À l'appel de plusieurs centaines d'organisations écologistes, des dizaines de milliers
de manifestants
ont défilé ce dimanche 28 mars à Paris pour réclamer
"une vraie loi climat à la hauteur de l'urgence écologique"
pour que les les députés améliorent le texte gouvernemental de la Convention
citoyenne pour le climat


Je préférerais que l’on n’ait pas à se battre
pour que nos dirigeants respectent
leurs engagements, j’aurais préféré que l’on n’ait pas à attaquer l’état.
Mais ils ne nous laissent pas le choix.
Ils ont les clés, ils ont les solutions.
Ils se doivent maintenant d’agir à hauteur des enjeux.

FD Roosevelt aux syndicalistes qui venaient lui demander de faire avancer la cause sociale :
« Maintenant, allez dans la rue et obligez moi à le faire ».
Cette année là il eut plus de 4000 grèves et des avancées sociales comme jamais.



ELLE figure parmi les stars les plus engagées de son époque.
Le cheval de bataille de l'actrice de 45 ans, c'est l'environnement et ce,
depuis de longues années.

ELLE a une fois de plus prouvé en participant, en tête de cortège, à la marche
pour le climat à Paris ce dimanche 28 mars.

Il est des personnalités publiques qui profitent de leur notoriété
et de leur aura médiatique pour véhiculer des messages forts et défendre
des causes qui leur parlent.

Que ce soit pour le droit des femmes ou encore la lutte contre les inégalités
sous toutes ses formes,

nombreuses sont les stars à s'engager de façon forte.








Marion Cotillard, l'une des actrices françaises
les plus en vue à Hollywood, a pour sa part toujours été une fervente
activiste pour les questions d'ordre environnemental.



La compagne de Guillaume Canet se bat depuis des années pour la protection
de l'environnement.

Elle a d'ailleurs expliqué que cette conscience écolo lui était venue très jeune,
par ses parents
mais aussi ses grands-parents qui étaient maraîchers.
"Mes grands-parents étaient maraîchers,
en contact permanent avec la nature.
Ils travaillaient à l’ancienne.


C’était avant l’industrialisation à outrance",
se confiait-elle récemment pour Elle.

Engagée auprès de Greenpeace et particulièrement informée sur les questions "green",
pour alerter et informer sur les questions qui lui tiennent à cœur.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE PARISIEN MAGAZINE.
Marion Cotillard : actrice mondiale, mode d’emploi
Comment la môme du cinéma français a-t-elle conquis l’Amérique, tournant
avec les plus grands



A Paris, sa ville chérie,
nous donne les 7 commandements d’une carrière réussie.
L'actrice Marion Cotillard,  dix  ans au firmament du cinéma international.
Elle est partout ! En septembre, Marion Cotillard prenait part au huis clos
pesant de Juste la fin du monde, de Xavier Dolan.
En octobre, elle aimait passionnément dans Mal de pierres, de Nicole Garcia.
elle embrassa Brad Pitt dans Alliés, de Robert Zemeckis.
En décembre, elle donna la réplique à Michael Fassbender dans Assassin's Creed,
de Justin Kurzel.

C'est tout ? Non. Son agenda s'annonce également chargé, puisqu'on
la retrouva dans Rock'n'roll, le film de son compagnon Guillaume Canet,
et dans Les Fantômes d'Ismaël, d'Arnaud Desplechin. Ouf !

Cette actualité foisonnante s'accompagne d'un ouragan médiatique : l'actrice  
à la une des magazines du monde entier. Elle poursuit sa carrière internationale
en multipliant les tournages aux Etats-Unis. Comment y a-t-elle fait sa place ?
Comment y choisit-elle ses rôles ? Comment gère-t-elle son image ?
Voici les sept règles d'or qui ont conduit la star française au sommet de l
a gloire, et qu'elle a accepté de décrypter pour nous.

De ton oscar tu profiteras
Tout commence en 2007 avec le triomphe de La Môme, d'Olivier Dahan.
L'année suivante, l'héroïne du biopic consacré à Piaf s'envole outre-Atlantique
pour recevoir l'oscar de la meilleure actrice. Jusque-là, Marion Cotillard était
cantonnée aux films mineurs ou à la franchise à succès de Taxi.
Pas de quoi exciter Hollywood... Grâce à La Môme, tout a changé.
Elle collectionne désormais les rôles majeurs, en France comme aux Etats-Unis.  
L'actrice, y enchaîne les interviews « à l'aveugle ». Ainsi va la promotion hollywoodienne.....

Marion Cotillard accepte de parler d'autre chose.
Par exemple, de son parcours dans deux pays, en France, et aux Etats-Unis.
« Je n'ai pas le sentiment d'avoir une double carrière, nuance-t-elle.
En revanche, je suis consciente de ma chance : celle de pouvoir
explorer des territoires de jeu qui vont au-delà de ma culture d'origine. J
e réalise aujourd'hui les rêves que j'avais à mes débuts. »


Ton pays tu aimeras
Elle aurait pu élire domicile aux Etats-Unis. Après tout, elle y a bien décroché un oscar.
Et Marion Cotillard ne cesse d'y être courtisée.
Elle ne compte plus les projets stimulants, qu'on lui propose parfois très en amont.
Depuis la sortie de La Môme, j'ai un agent en France et un aux Etats-Unis qui m'avait conseillé
de lire ce script en me disant qu'un jour il deviendrait certainement un film,
le projet est revenu vers moi,
mais cette fois avec un nom de réalisateur, Robert Zemeckis, et un nom d'acteur,
Brad Pitt. Ces deux éléments ont évidemment renforcé mon désir de m'engager
dans  cette l'aventure. » Marion Cotillard se félicite de sa bonne fortune américaine, cela va de soi.
Mais elle n'oublie pas son pays natal, comme en témoigne son abondante
filmographie française. « Je n'ai pas envie de m'installer aux Etats-Unis,
explique-t-elle. Avoir un endroit à moi sur place, par exemple un pied-à-terre
à Los Angeles,
cela me plairait, mais je n'envisage pas de vivre ailleurs qu'en France.
C'est ici que sont mes amis et mes bases. »


Exigeante tu seras
D'accord pour sillonner le monde, à condition de représenter un cinéma
de qualité et exigeant.
Même ses détracteurs en conviennent : depuis dix ans, Marion Cotillard
se distingue par ses choix.
Dans la pile des projets qu'on lui soumet, elle sélectionne les cinéastes dotés
d'une vraie personnalité : Christopher Nolan ( Inception), Woody Allen ( Minuit à Paris),
Jacques Audiard ( De rouille et d'os) ou les frères Dardenne ( Deux jours, une nuit)...
Et ne fonce pas vers les blockbusters. « Les films de studios que
l'on m'a proposés, je les ai pour la plupart refusés, dit-elle.
Ce n'est pas le genre de cinéma dont j'ai envie. J'ai besoin d'expérience avec
des réalisateurs qui ne se contentent pas de remplir un cahier des charges. »

L'anglais tu parleras
Si l'on veut réussir aux Etats-Unis, il faut maîtriser la langue d'Hollywood
Marion Cotillard s'y est mise. Ce n'était pas gagné.. Avant le triomphe de
La Môme, elle avait déjà connu une expérience américaine avec Big Fish,
de Tim Burton (2003). « Sur ce tournage, dit-elle, je ne comprenais rien à
ce que l'on me demandait, ou bien tout de travers. A l'époque, je me suis
inscrite pour un mois de stage en immersion totale dans une école de langues.
Je me souviens très bien des tarifs : 50 000 francs (soit environ 7 700 euros, NDLR).
Une somme très importante pour la jeune comédienne que j'étais. »

Beaucoup moins désargentée par la suite, Marion Cotillard a suivi d'autres stages
au moment de la promotion de La Môme, en vue des Oscars. Ses expériences
avec les meilleurs cinéastes américains ont fait le reste. « Aujourd'hui, j'aime parler anglais,
même si je ne suis pas bilingue. Quant à mon accent, j'en ai bossé tellement de différents –
de celui du Midwest des Etats-Unis à l'ultra-british –
que je ne saurais pas le définir. Mon accent, c'est un peu le foutoir ! »

De tes modèles tu t'inspireras
A ses débuts, dans la première moitié des années 1990, alors qu'elle est encore
très loin des Etats-Unis, l'actrice n'est sûre de rien concernant son avenir.
De rien, sauf... de l'essentiel. « A l'époque, j'étais certaine de mes envies.
Envie de grandes histoires, de grands personnages, de multiplier les expériences.
Parallèlement, j'étais aussi dans une sorte de flou : le désir brûlait en moi, mais rien
n'était vraiment précis. » Il n'y a pas de hasard : quand on l'interroge
sur ses idoles de jeunesse,
Marion Cotillard évoque des comédiens anglo-saxons ! Laurence Olivier,
Peter Sellers, Meryl Streep... Des années plus tard, ces références demeurent. « Les acteurs
qui me fascinent ont cette capacité inouïe à se fondre dans leurs personnages.
Travailler aujourd'hui dans différents pays élargit considérablement mon terrain de jeu. »

Ton image tu surveilleras
Le cinéma n'est pas qu'un jeu. C'est aussi une affaire de commerce et
d'image. Or on ne construit pas son succès à l'international sans connaître
les rouages du système. Très sollicitée, Marion Cotillard tourne aussi bien dans
des films à petits budgets comme Deux jours, une nuit (7 millions d'euros) que
dans des superproductions comme Assassin's Creed (autour de 180 millions d'euros).
Parallèlement, la comédienne est l'égérie de la maison Dior – les magazines féminins
qui lui « offrent » leurs couvertures n'oublient jamais de le souligner – et mène cette
seconde carrière avec un soin méticuleux. Actrice, égérie et… objet de la curiosité « people ».

Marion Cotillard se méfie des médias et redouble de précautions, surtout en France –
l'actrice demande à relire ses interviews avant publication.

« Aux Etats-Unis, raconte-t-elle, quand un acteur fait la promotion d'un film à la télévision,
il y a toujours une sorte de bienveillance à son égard : il ne se sent pas attaqué ou menacé.
En France, je connais des émissions – pas toutes, mais certaines – où les comédiens se font
descendre, parfois personnellement, alors qu'ils ne viennent que pour évoquer un film.
Ça ne grandit pas les chroniqueurs d'étriller par principe les comédiens, et je ne vois pas
l'intérêt de me prêter au jeu. »


Lucide tu resteras
Si elle affiche, face aux journalistes, de la réserve (le temps de jauger son interlocuteur),
une fois en confiance, la star évoque volontiers les coulisses de son métier.
Elle décrypte ainsi avec lucidité les rituels de la promotion, ultra-formatés aux Etats-Unis,
où la presse, le plus souvent, n'a accès aux stars que quelques minutes lors d'interviews
chronométrés nommées « junkets ». « C'est aussi déstabilisant et frustrant pour
les journalistes que pour les acteurs, sauf dans les cas où ces derniers sont si peu
convaincus par le film que cela les arrange de répondre très rapidement aux questions !
Je m'y suis habituée, mais c'est un exercice compliqué.
On se voit faire, on s'entend se répéter et, parfois, le fou rire n'est pas loin.
» Mieux vaut en rire, en effet. Et se consacrer à l'essentiel : choisir les bons films
et les meilleurs cinéastes. Jusqu'à présent, Marion Cotillard ne l'a pas oublié.

Avec les Etats-Unis, plusieurs années de romance
Big Fish , de Tim Burton (2003) : Quatre ans avant La Môme,
Tim Burton avait déjà repéré Marion Cotillard. Dans ce film délirant,
l’actrice incarne Joséphine, la femme de Will (Billy Crudup). Mourant, le père de ce
dernier fait aux jeunes époux le récit d’une vie fantastique.

Public Enemies , de Michael Mann (2009) : Dans ce thriller qui se déroule
dans les années 1930, la Française, dirigée par Michael Mann ( Le Sixième Sens,
Le Dernier des Mohicans), incarne la petite amie d’un braqueur de banques joué
par Johnny Depp.. Un coup de maître.

Inception , de Christopher Nolan (2010) : Nouveau succès pour Marion Cotillard,
qui tient encore une fois le rôle de l’épouse (ici, de Leonardo DiCaprio).
Ce film de science-fiction, qui mêle anticipation, métaphysique et subconscient,
totalise 5 millions d’entrées en France.

The Immigrant , de James Gray (2013) : 1921. Ewa, une jeune Polonaise, rêve
d’un avenir meilleur aux Etats-Unis. Arrivée à New York, elle rencontre un
souteneur (Joaquin Phoenix) et se livre à la prostitution.
James Gray offre à l’actrice l’un de ses plus beaux rôles!


_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Cinéma : 800 professionnels réclament la réouverture des salles
La SRF (Société des Réalisateurs de Films) vient de publier une
tribune intitulée "
Un jour sans fin, qu'est-ce qu'on attend exactement ?" réclamant la réouverture
des salles de cinéma.

Alors que les cinémas et autres salles de spectacles sont fermés
depuis 4 mois, la Société des réalisateurs de film (SRF) publie une tribune
Signée par plus de 800 professionnels du cinéma (comédiens, réalisateurs,
producteurs, exploitants, accessoiristes, attachés de presse, journalistes,
distributeurs,...) qui réclament la réouverture des salles, elle dénonce
le cauchemar que vivent les travailleurs du cinéma.

Une réaction qui fait suite à l'annonce du 1er mars dernier
confirmant
la décision du Conseil d'Etat de fermer les salles, invoquant
la situation sanitaire dégradée.


"Aujourd'hui, et depuis de très longs mois, les 5 913 écrans des 2 046
cinémas de France sont maintenus fermés au nom d'un principe
de précaution
sanitaire pourtant contredit par un avis du Conseil scientifique du 26 octobre
et par l'étude ComCor de l'Institut Pasteur du 10 décembre 2020.

Aujourd'hui nous pourrons donc, encore et toujours, faire la queue
pour aller
acheter des baskets ou une glace, nous entasser dans les supermarchés
ou prendre le train, même bondé, mais nous ne pourrons pas aller au cinéma.
Ni au théâtre.
Et cela malgré la mise en place d'un protocole sanitaire des plus stricts et des
plus fiables dès le premier jour du déconfinement.

C'est l'avenir d'une profession qui est hypothéqué, à mesure que
les films terminés
s'empilent chaque semaine sur les étagères des distributeurs.
C'est le « tout plateforme » qui s'installe dans les habitudes et
dévalorise nos
ambitions et nos droits. C'est une filière industrielle économique
forte de 340 000
emplois qui coule.

C'est un monde de débats et d'idées qui s'appauvrit considérablement.

Car le cinéma ne se préoccupe pas que du cinéma.
Il se préoccupe de tout ce qui fait société, ouvre à la réflexion,
à la discussion.

CINEMA OUVERTURE. Après plusieurs mois de fermeture
pour cause de Covid-19, les cinémas de France ont rouvert
leurs portes ce 19 mai 2021.


Le jour tant attendu des cinéphiles est arrivé. Les cinémas ont
rouvert leurs portes ce mercredi 19 mai 2021. Après plus de six
mois de fermeture, les spectateurs vont pouvoir retrouver les
sorties cinéma chaque semaine.

 Pour l'ouverture des cinémas, une trentaine de films sont
à découvrir.


________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Les lieux culturels rouvrent aujourd'hui !
C'est un bonheur intense de pouvoir  voir des artistes
se déployer , aller au cinéma, vibrer devant une oeuvre,
savourer, aimer intensément,  s’interroger, s'émouvoir...
#Vivre La Culture !



À Saint-Jean-de-Braye, Jean-Claude et Marion Cotillard sont
les invités du premier festival Litt'Oral
Publié le 18/05/2021

• Marion Cotillard se prête, pour la première fois, à un exercice
autour de la littérature.

Samedi 22 et dimanche 23 mai, l’association
« Tu connais la nouvelle ? « propose la Journée, la Nuit et la Fête
de la nouvelle réunies en une seule manifestation dédiée à la
littérature et à l'oralité :
le festival Litt'Oral.
"La Poésie sauvera le monde"

Samedi et dimanche, cette fête "de la littérature… à l’oralité"
prendra place
à la salle des fêtes de Saint-Jean-de-Braye. En raison du contexte
sanitaire,
elle était prévue dans le parc des Longues-Allées, mais
c’est finalement la météo qui a eu raison du plein air.

Pour autant, le programme n’a pas changé, qui fait la part
belle aux textes en général et à la poésie en particulier, avec
des auteurs et des comédiens de renom, dont la comédienne
Marion Cotillard, son père Jean-Claude Cotillard, metteur en scène,
et Hervé Le Tellier.






Ensemble, ils proposeront un dialogue de "bien-entendants"
avant que les comédiens Aurélie Audax et Patrick Palmero ne s’emparent
du texte de Jean-Pierre Siméon,

La Poésie sauvera le monde.

une nouvelle séance de dédicaces pour l’auteur primé qui accompagne
l’association créée par Gérard Audax depuis plus de vingt ans…





----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
   https://www.franceinter.fr/emissions/femmes-puissantes/marion-cotillard-accepter-mes-peurs-m-a-rendue-puissante






L'actrice était jeudi l'invitée de Yann Barthès dans «Quotidien»,
glissant quelques confidences sur ses projets et mentionnant son
compagnon Guillaume Canet.
Marion Cotillard sera dans quelques jours au Festival de Cannes
pour «Annette» de Leos Carax, comédie musicale présentée en
compétition officielle pour la cérémonie d'ouverture. Jeudi 24 juin 2021,
l'actrice était ainsi sur le plateau de «Quotidien» pour parler
de ce film poétique et sombre dans lequel elle tient le rôle principal
au côté d'Adam Driver.
En fin d'interview, elle a aussi révélé qu'elle avait fini de tourner
«Astérix et Obélix : L'Empire du Milieu», où elle interprète le rôle de Cléopâtre.
Ce dernier film très attendu, prévu pour 2022, est réalisé par Guillaume Canet.
le couple se fréquente depuis quatorze ans
et a multiplié les collaborations au cinéma ces dernières années.




Ces retrouvailles pour «Astérix et Obélix» marquent la cinquième
fois où l'acteur et réalisateur dirige sa compagne.
Face à Yann Barthès, l'égérie du parfum Numéro 5 de Chanel
a glissé quelques mots tendres à son sujet.
«C'est un réalisateur que j'aime profondément, j'aime son travail,
j'aime la manière dont il travaille, j'aime les risques qu'il prend
et j'ai une grande admiration et un grand respect pour lui.
Et c'est toujours quelque chose d'assez fort de tourner avec lui»,
a-t-elle dit avec un sourire et des yeux pétillants.


Dernière édition par @nnie le Sam 24 Juil - 10:30, édité 46 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ronankeating-france.blogspot.fr/
@nnie
Modératrice
Modératrice
@nnie

Féminin
Nombre de messages : 14461
Age : 40
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 01/07/2004

Marion COTILLARD - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Marion COTILLARD   Marion COTILLARD - Page 4 EmptyMer 21 Avr - 20:43



Ce nouveau long métrage du réalisateur s’intitule “Frère et Soeur”.
Alors que Tromperie est actuellement en post-production, Arnaud Desplechin prépare en ce moment un nouveau long-métrage intitulé
Frère et Soeur d’après cineuropa.
Alice (Marion Cotillard) est actrice et Louis (Melvil Poupaud), son frère, était à la fois professeur et poète.
Bien qu’étant issus de la même famille, ils ne se parlent pas – pire, ils s’évitent depuis deux décennies.
Le décès de leurs parents va les contraindre à se revoir. “La vie est terrifiante, et les films nous plongent dans cet effroi, mais ils réparent.
Avec ce film, je suis parti à la recherche de cette réparation”, a expliqué dans sa note d’intention Arnaud Desplechin.
Accompagné par Arte
Marion Cotillard était déjà apparue dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) (1996) et plus récemment en tant que premier rôle dans Les Fantômes d’Ismaël (2017).

Melvil Poupaud, lui, a joué dans Un conte de Noël (2008). Frère et Soeur sera produit par Why not Productions et sera également accompagné par Arte France Cinéma.


Dernière édition par @nnie le Lun 5 Juil - 22:39, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ronankeating-france.blogspot.fr/
@nnie
Modératrice
Modératrice
@nnie

Féminin
Nombre de messages : 14461
Age : 40
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 01/07/2004

Marion COTILLARD - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Marion COTILLARD   Marion COTILLARD - Page 4 EmptyMer 21 Avr - 21:05

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Ciel bleu à CANNES
ouverture du festival de CANNES 2021
Marion COTILLARD est arrivée

Marion COTILLARD - Page 4 M17


https://youtu.be/rGhCDuFRzMw








https://youtu.be/QLy8MhwwWLk







Cannes is BACK!
https://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-9761703/Cannes-Film-Festival-2021-Stars-arrive-Annette-opening-night-premiere.html


https://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-9762031/Marion-Cotillard-shines-bright-dazzling-metallic-dress-Cannes-Film-Festival-2021.html


https://youtu.be/dE30GJamyxI

Marion COTILLARD - Page 4 0010


Marion COTILLARD - Page 4 010




Marion COTILLARD - Page 4 415

Marion COTILLARD - Page 4 313

Marion COTILLARD - Page 4 Adacap10

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________




https://youtu.be/Vzeacl1z9SQ








______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________








https://youtu.be/qIOcFL0KSQo


Dernière édition par @nnie le Ven 16 Juil - 19:14, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ronankeating-france.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




Marion COTILLARD - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Marion COTILLARD   Marion COTILLARD - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Marion COTILLARD
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mon Amour Pour Ronan Keating :: GENERAL :: Le Salon de Thé :: Grand et petit écran-
Sauter vers: